Les quatre surprises de Bernd Storck

On sait désormais que Bernd Storck aime surprendre. Il l’a déjà prouvé à plusieurs reprises en titularisant certains joueurs au moment où l’on s’y attendait le moins. Début janvier, avant le départ en stage, le coach des Hurlus ne dérogeait pas à la règle et décidait de réserver quatre surprises à des jeunes joueurs du Futurosport : Bilal Chibani, Joel Kalonji, Babacar Dione et Delio Palmieri. Pour ces espoirs mouscronnois issus du centre de formation cette invitation était pour le moins inattendue.
« Même si j’avais déjà participé au stage à Spa et aux Pays-Bas cet été, j’ai été très surpris lorsque j’ai appris que je devais partir avec le groupe pro pour le stage en Espagne, explique Babacar. Moi, je ne m’imaginais même pas que le coach pourrais faire appel à moi, avoue Delio. »
Quant à Bilal Chibani et Joël Kalonji, même si on avait pu les découvrir à plusieurs reprises avec le noyau A depuis l’arrivée du technicien allemand, ils ne s’imaginaient pas à prendre le chemin de l’Andalousie en ce début d’année.
« Je ne m’y attendais pas du tout, assure Bilal. C’est une belle occasion de prouver au coach que je suis prêt et qu’il peut compter sur moi. Trois jours avant la trêve, le coach m’avait annoncé que j’allais être appelé pour le stage en Espagne, explique Joël. Mais sur le coup c’était une fameuse surprise pour moi aussi.»
Après l’effet de surprise provoqué par cette invitation, les jeunes joueurs ont du se mettre au diapason pour pouvoir répondre aux attentes du staff mais aussi pour intégrer un groupe pro, ce qui n’est jamais une mince affaire lorsqu’on sait combien les places sont chères.
« Nous avons la chance d’être dans un groupe assez jeune ce qui facilite notre intégration, estime Joël Kalonji. Nos équipiers nous aident beaucoup que ce soit sur ou en dehors du terrain. Même les plus anciens nous apportent leur soutien et ils nous donnent pas mal de conseils, précise Delio. Ils nous montrent l’exemple à suivre. C’est bon pour notre confiance et cela nous permet de travailler sereinement. »
Si on demande aux quatre nouveaux venus ce qu’on peut leur souhaiter en ce début d’année sous le soleil espagnol, ils répondent comme un seul homme.
« Ce qui pourrait nous arriver de mieux, ce serait de rester dans le groupe et d’avoir notre chance. En attendant, nous donnons le maximum à chaque entraînement pour prouver à l’entraîneur qu’il a eu raison de nous faire confiance. »

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience. Si vous continuez à utiliser ce site Web, nous supposerons que vous en êtes satisfait.
OK
Vous pourriez aussi regarder