COURTRAI : Bruzzese ; Van Loo (7e Azouni), Lepoint (30e Kovacevic), Palmer-Brown, D’Haene ; Chevalier, Van der Bruggen, Ajagun, Desmet ; Papazoglou, Perbet (70e Hoxha)
MOUSCRON : Butez ; Gkalitsios, Mezague, Diedhiou (86e De Medina), Huyghebaert ; Rotariu, Aidara, Van Durmen, Mbombo (70e Spahiu); Clément (57e Jelavic)
ARBITRE : M. Boterberg.
AVERTISSEMENTS :
LES BUTS : 71e Papazoglou (1-0), 72e Rotariu (1-1)
COURTRAI – Comme souvent depuis son arrivée au Canonnier, Frank Defays devait composer avec un noyau miné par les blessures et les suspensions pour ce dernier déplacement de la saison. Le premier quart d’heure faisait office de round d’observation. Les deux équipes semblaient vouloir jauger les forces en présence et aucune des deux formations ne forçaient la main pour tenter de faire pencher la balance de son côté. Peu après le quart d’heure il fallait toutefois une superbe intervention de Butez, en face-à-face avec Perbet, pour empêcher les Courtraisiens de prendre l’avantage. La rencontre se déroulait sur un rythme de sénateur et aucune des deux équipes ne donnait l’impression de vouloir appuyer sur l’accélérateur pour faire la différence.
En deuxième période les Hurlus étaient les premiers à mettre le nez à la fenêtre et sur un contre mené par Rotariu, ils étaient à deux doigts d’ouvrir la marque mais le Roumain se montrait un peu trop individualiste et oubliait Clément complètement seul au deuxième poteau. Les Hurlus affichaient un visage séduisant en ce début de deuxième période et il ne leur manquait pas grand-chose pour faire la différence. De leur côté, les Courtraisiens restaient dangereux comme sur cette frappe de Perbet peu avant l’heure de jeu qui frôlait le poteau gauche de Butez. Les débats étaient un peu plus animés qu’en première période sans toutefois atteindre un niveau digne d’une rencontre de D1A. A la 71e, sur un corner, Papzoglou sautait plus haut que tout le monde et plaçait les Courtraisiens aux commandes. La joie locale était de courte duree puisque dans la minute suivante, Rotariu s’offrait une chevauchée solitaire pour aller tromper Bruzzese. Au final les deux équipes se quittaient dos-à-dos dans une rencontre au cours de laquelle les Hurlus auraient pu revendiquer autre chose s’ils avaient fait preuve d’un peu plus de lucidité dans le dernier geste.