L’Excel, défait au bout du temps additionnel

GENK 2

MOUSCRON 1

GENK : Coucke ; Mahle, Cuesta, Lucumi, Uronen ; Berge, Hagi (60e Onuachu), Hrosovsky (72e Heynen) ; Bongonda (90e Odey), Samatta, Ito.

MOUSCRON : Butez ; De Medina, Queiros, Wimmer, Godeau, Van Durmen (80e Mohamed) ; Boya, Garcia, Hocko ; Olinga (73e Spahiu), Osabutey (90e Buatu).

ARBITRE : M. VAN DAMME.

AVERTISSEMENTS : Boya, De Medina, Heynen.

LES BUTS : 49e Osabutey 0-1, 75e Samatta 1-1, 90+8 Onuachu 2-1.

GENK – Pour ce déplacement chez le champion en titre, Bernd Hollerbach était privé des services de Sami Allagui, touché de plein fouet par l’épidémie de grippe qui a frappé le Canonnier. Bruno Godeau remplaçait numériquement le Tunisien dans le onze de base mouscronnois. Le début de la rencontre se déroulait sur un rythme peu soutenu entre une équipe visiblement fatiguée par son match de Champions League face à Naples et l’autre affaiblie par une épidémie de grippe. Après trente minutes de jeu, aucune des deux équipes ne pouvaient revendiquer la moindre occasion franche. Il faut dire que les Hurlus étaient, comme à leur habitude, bien organisés défensivement. A la 35e Bongonda prenait toutefois le dessus sur la défense hurlue mais Butez sauvait les meubles du pied. La réponse mouscronnoise ne tardait pas. Garcia profitait d’iune approximation de Berge pour se saisir du ballon et tenter sa chance d’une frappe enroulée. Coucke était attentif et déviait en corner. Bongonda remettait le couvert deux minutes mais Butez intervenait, du bout des doigts, cette fois. Garcia répondait immédiatement d’une nouvelle frappe croisée qui venait lécher le poteau gauche de Coucke.

Au retour des vestiaires, les Mouscronnois se montraient un peu plus entreprenants. Sur un corner de Garcia, Osabutey, étrangement seul, envoyait le ballon derrière la ligne de but avec l’aide de la transversale. Menés à la marque, les Limbourgeois sortaient un peu de leur torpeur mais ils butaient sur l’organisation mouscronnoise. A un quart d’heure du terme, ils parvenaient finalement à surprendre les Hurlus. Ito adressait un bon centre et Samatta jaillissait entre les défenseurs pour propulser le cuir au fond des filets. Alors qu’on se dirigeait vers un match nul, le quatrième arbitre indiquait sept minutes d’arrêt de jeu… A la 98e, Paul Onuachu sautait plus haut que tout le monde pour donner la victoire à Genk.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience. Si vous continuez à utiliser ce site Web, nous supposerons que vous en êtes satisfait.
OK