Une première période proche de la perfection

MOUSCRON 2

COURTRAI 0

MOUSCRON : Butez ; De Medina, Queiros, Wimmer, Pietrzak ; Boya, Hocko, Garcia ; Osabutey (74eBakic), Allagui (80ePerica), Olinga (58eAntonov).

COURTRAI : Bruzzese ; Rougeaux, Hines-Ike, Kagelmacher, Rolland ; Van Der Bruggen, Lepoint (46eDe Sart), D’Haene ; Mboyo, Ajagun (63eKage), Ocansey.

ARBITRE : M. Allen.

AVERTISSEMENTS : Olinga, Rolland, Rougeaux, Boya, Bakic.

EXCLUSION : 68eRougeaux (2j.)

LES BUTS : 43eQueiros 1-0, 73eGarcia 2-0.

MOUSCRON – Pour ce derby face à Courtrai, Bernd Hollerbach avait décidé de lancer trois des quatre derniers arrivant directement dans le bain. Garcia, Wimmer et Queiros débutaient la rencontre. Dès les premières minutes de jeu, les Hurlus mettaient la pression sur leur adversaire du jour et ne leur laissaient que très peu d’occasions de sortir de leur moitié de terrain. Les occasions mouscronnoises se multipliaient mais il manquait toujours un petit quelque chose aux Hurlus pour inscire ce but libérateur. La tension était palpable et les Courtraisiens, souvent, en retard commettaient beaucoup de fautes. La solution venait finalement d’une phase arrêtée. Pietrzak déposait, sur corner, le cuir sur le crâne de Diogo Queiros qui mettait les Mouscronnois aux commandes.

Au retour des vestiaires, les Hurlus poursuivant sur leur lancée et obtenaient un penalty pour une faute de main. Comme face à Malines, Allagui prenait ses responsabilités mais comme face à Malines, il manquait la conversion. Ce penalty manqué, redonnait confiance aux Courtraisiens qui se montraient un peu plus entreprenants. Il fallait d’ailleurs une belle intervention de Butez sur une frappe à distance pour conserver l’avantage. Le dernier rempart mouscronnois s’illustrait encore quelques secondes plus tard sur un coup fran joliment botté par De Sart. Les hommes de Bernd Hollerbach semblaient, peu à peu, perdre le fil de la rencontre après avoir réalisé une première période quasiment parfaite. A la 68Rougeaux était prié de rejoindre les vestiaires après avoir reçu son deuxième carton jaune de la soirée pour une faute d’anti-jeu. Les Hurlus traduisaient rapidement cet avantage au marquoir. Osabutey s’offrait un petit festival sur le flanc droit avant de servir Garcia qui, d’une frappe croisée, trompait la vigilance de Bruzzese. La fin de rencontre n’était qu’une formalité pour les hommes de Bernd Hollerbach qui géraient le dernier quart d’heure en faisant circuler le ballon pour le plus grand plaisir de leurs supporters.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience. Si vous continuez à utiliser ce site Web, nous supposerons que vous en êtes satisfait.
OK