Qui pourra arrêter ces Mouscronnois-là ?

MOUSCRON 3
CHARLEROI 0
MOUSCRON : Butez ; Gulan, Godeau, Dussenne, Vojvoda ; Bakic (90e Chibani), Boya, Friede ; Benson (90e Kuzmanovic), Awoniyi (75e Amallah), Leye.
CHARLEROI: Penneteau; Martos (46e Morioka), Diandy (74e Perbet), Marinos, Willems ; Nurio, Ilaimaharitra, Angela, Hennen (68e Niane), Bruno ; Osimhen.
ARBITRE : M. Dierick.
AVERTISSEMENTS: Marinos, Friede, Angella.
LES BUTS: 38e Vojvoda 1-0, 60e Friede 2-0, 73e Bakic 3-0.
MOUSCRON – Dix ans sans victoires face aux Zèbres, le bilan des Hurlus était pour le moins famélique avant le début de la rencontre. Devant leur public, les hommes de Bernd Storck comptaient bien remettre les pendules à l’heure. Mais la première grosse occasion de la rencontre était à mettre au crédit des visiteurs. Osimhen prenait Godeau de vitesse et se retrouvait seul face à Butez. Le portier mouscronnois remportait son face-à-face. Le ton de la rencontre était donné et les Mouscronnois avertis. Ils tenaient compte de l’avertissement et se montraient plus pressants sur le but de Penneteau mais la défense carolo était bien en place. Comme deux boxeurs dans un combat important, les adversaires s’observaient dans l’attente de pouvoir placer le coup qui fait mal. A douze minutes de la pause, les visiteurs pensaient y être parvenus lorsque Osimhen sautait plus haut que tout le monde pour reprendre le ballon de la tête mais Jean Butez était sur la trajectoire. Cinq minutes plus tard, Vojvoda fêtait son anniversaire de la plus belle des manières. L’international kosovar arrachait le ballon des pieds de Diandy et filait vers le but, sa frappe était déviée mais le cuir terminait sa course dans les buts de Penneteau. Les Hurlus prenaient l’avantage au meilleur moment et concrétisait ainsi une première mi-temps dominatrice. Au retour des vestiaires et malgré la montée au jeu de Morioka chez les Zèbres, les élèves de Bernd Storck restaient appliqués. A l’heure de jeu, sur un nouveau déboulé de Benson sur le flanc gauche, ils doublaient leur avance. Le feux-follet mouscronnois enrhumé toute la défense visiteuse avant de servir, en retrait, Sidney Friede qui poussait le ballon au fond des filets. Le break était fait et on voyait mal les visiteurs retourner la situation. D’autant que malgré leur avantage au marquoir, les Mouscronnois continuaient à garder la mainmise que la rencontre en dominant leur adversaire dans tous les secteurs de jeu. Cette domination se concrétisait à un quart d’heure du terme lorsque Bakic reprenait, en deux temps, un centre de Taiwo Awoniyi qui, cette fois, s’était muté en donneur d’assist. La coupe était pleine pour les Zèbres qui se montraient impuissants face à cette équipe de Mouscron.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience. Si vous continuez à utiliser ce site Web, nous supposerons que vous en êtes satisfait.
OK
You might also like