L’Excel était à bout de souffle

Royal Excel Mouscron – Royal Union Saint-Gilloise : 0-2
Mouscron : Butez, Friede, Mohamed, Boya, Dione (46e Antonov), Bakic, Pierrot (80e Vroman), Gulan, Vojvoda, Van Durmen (71e Chibani), Godeau.
Union Saint-Gilloise : Saussez, Perdichizzi, Kis, Hamzaoui, Besuschkow (59e Gérard), Ferber (67e Tabekou), Fixelles, Seleman, Niakaté (80e Beck), Kandouss, Teuma.
Arbitre : M. Geldhof.
Les buts : 50e Selemani (0-1), 54e Ferber (0-2).
Avertissements : Perdichizzi, Besuchkow.
Expulsion : 38e Boya (deux jaunes).

Pour cette deuxième journée des playoffs 2, Mouscron recevait l’Union Saint-Gilloise, une équipe de D1B qui n’en restait pas moins séduisante, avec notamment un joli parcours en coupe de Belgique. Côté Hurlus, après avoir connu un premier revers en 2019, les Mouscronnois avaient à cœur de reprendre leur marche en avant devant leurs supporters, malgré une équipe décimée par les absences (Dussenne, Amallah, Awoniyi, Leye, Benson,…).
Et le début de match était assez poussif de part et d’autre. Les deux équipes faisaient circuler le ballon mais se précipitaient vers l’avant, commettant beaucoup d’erreurs techniques et imprécisions. Pour faire simple, à la 25e, aucun des deux portiers n’avait eu à s’employer. La possession de balle était équilibrée, les deux équipes perdant beaucoup de ballons au milieu de terrain. Côté Mouscronnois, l’homme le plus en vue était de loin Mergim Vojvoda. L’arrière latéral multipliait les percées à droite, ainsi que les bons centres en direction de ses partenaires. Malheureusement pour l’Excel, il ne manquait pas grand-chose pour que les attaquants soient à la retombée des ballons. À partir de la demi-heure, l’Excel se montrait nettement dominateur dans la possession, avec des arrières centraux qui pouvaient évoluer à hauteur de la ligne médiane. En face, les Unionistes tentaient de procéder par contre avec leurs flèches offensives, Selemani et Niakaté. Mais les deux tactiques se montraient toujours aussi stériles, avec très peu d’opportunités de but. À la 38e avait lieu le premier tournant du match. Alors qu’il était déjà averti, Boya, pris de vitesse, commettait une seconde faute aux abords du rectangle. Monsieur Geldhof n’hésitait pas et brandissait le second avertissement synonyme de rouge pour le défenseur. L’Excel allait devoir faire en infériorité numérique pendant plus d’une mi-temps. Finalement, les deux équipes rejoignaient les vestiaires dos à dos, et les supporters n’avaient pas eu beaucoup de spectacle à se mettre sous la dent durant ce premier acte.
Malheureusement, l’Excel redémarrait très mal sa deuxième mi-temps. À la 50e et après vérification du VAR, Monsieur Geldhof indiquait le point de pénalty en faveur des Unionistes, après une faute de main intervenue bien plus tôt. L’arbitre avait attendu la première sortie du ballon pour visionner les images et prendre sa décision. Quoi qu’il en soit, Selemani ouvrait la marque pour les visiteurs. Menés, les Hurlus devaient déjà prendre tous les risques pour revenir au marquoir, le tout en infériorité numérique. Mais l’Excel n’avait pas le temps de reprendre sa marche en avant que l’Union Saint-Gilloise enfonçait le clou. À la 54e, c’est Roman Ferber, ancien mouscronnois, qui inscrivait à bout portant le second but des Jaunes et Bleus. La fin de match s’annonçait difficile pour les Mouscronnois. Un peu plus de dix minutes plus tard, les locaux auraient pu à nouveau aller chercher le ballon au fond des filets sans un arrêt ferme de Butez, sorti à la rencontre de Selemani dans le rectangle. Par la suite, les Hurlus tentaient le tout pour le tout, mais semblaient être assommés par ces deux buts tombés coup sur coup. De leur côté, les Unionistes faisaient tourner le ballon tranquillement, et s’amusaient face à des Mouscronnois qui perdaient en lucidité. Heureusement, en face, les visiteurs perdaient eux-aussi leur concentration et y allaient chacun de leur petit numéro technique. Sans cela, le score pouvait être bien plus lourd, tant l’Excel n’y était plus et, surtout, se découvrait défensivement. Finalement, l’arbitre indiquait la fin de cette rencontre assez pauvre en terme de spectacle. Les Hurlus n’y était tout simplement pas et, en face, l’Union Saint-Gilloise n’a pas eu à forcer pour s’imposer méritoirement dans cette partie, bien aidée par l’expulsion prématurée de Boya, en première mi-temps. Après un début 2019 spectaculaire, ces deux défaites consécutives sont brutales et inattendues côté Hurlus. Il faudra vite trouver un second souffle pour la réception du Cercle de Bruges, dès samedi.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience. Si vous continuez à utiliser ce site Web, nous supposerons que vous en êtes satisfait.
OK
Vous pourriez aussi regarder