Les choses se compliquent encore un peu plus…

Charleroi : Penneteau ; Nurio, Martos, Dessoleil, Marinos, Niane, Diandy, Benavente, Gholizadeh (60e Bruno), Ilaimaharitra ; Perbet (78e Osimhen).  

Mosucron : Werner ; Katranis (46e Napoleone), Gkalitsios, Godeau, Vojvoda (60e Mbombo); Benson (72e Sambu), Mohamed, Van Durmen, Amallah ; Leye, Pierrot.

Arbitre : M. Lardot.

Avertissements : Amallah, Pierrot, Werner, Gkalitsios, Osimhen, Sambu, Napoleone.

Les buts : 30e Perbet (1-0), 38e Diane (2-0), 46e Vojvoda csc (3-0), 72e Pierrot (3-1),

CHARLEROI – Après une semaine agitée et un début de saison stérile, les Mouscronnois se devaient de prouver qu’ils n’étaient pas morts et qu’il faudrait encore compter sur eux cette saison. La rencontre débutait plutôt bienn pour les Mouscronnois qui avait la maîtrise du jeu. Sans être vraiment dangereux, on les sentait bien en place et en mesure de surprendre cette équipe de Charleroi. Mais comme depuis le début de saison, cette impression ne se concrétisait pas au marquoir et après trente minutes de jeu, le score était toujours nul et vierge. C’était le moment que choisissait Perbet, invisible jusque-là, pour surgir dans une mêlée de joueur pour pousser le ballon au fond des filets après un débordement et un centre de Gholizadeh. Les têtes étaient basses dans les rangs des Hurlus qui subissaient le coup. Incapables de remporter un duel et de se projeter en avant ils étaient, une fois de plus, recroquevillés dans leur moitié de terrain. Ce qui devait arriver arriva. Diane, bien lancé dans le dos de la défense, se présentait seul devant Olivier Werner qui ne pouvait que constater les dégâts.

Au retour des vestiaires, le Royal Excel Mouscron sombrait corps et âmes avec un but de Vojvoda contre son camp après seulement vingt secondes de jeu. La coupe était pleine. Difficile de se relever après ce nouveau coup du sort. Un sort qui semble s’acharner sur cette équipe mouscronnoise dont la moindre erreur se transforme en but pour l’équipe adverse.  Les remplacements effectués par Laurent Demol ne changeaient rien à la donne, les Mouscronnois était incapables de sortir la tête de l’eau et subissaient cette rencontre en victimes consentantes. A la 72e, Mouscron parvenait enfin à tromper la vigilance de Penneteau par le biais de Pierrot qui faisait trembler les filets d’un heading imparable. Ce but redonnait espoir aux Hurlus qui se jetaient à l’assaut des buts carolos. Et même s’ils confondaient parfois vitesse et précipitation, l’énergie déployée faisait plaisir à voir. Emmenés par un Mbaye Leye qui du haut de ses 35 ans motivait ses troupes comme un véritable meneur d’hommes qu’il est.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience. Si vous continuez à utiliser ce site Web, nous supposerons que vous en êtes satisfait.
OK
Vous pourriez aussi regarder